Comment construire une stratégie de dividende simple | Finance de marché

Comment construire une stratégie de dividende simple

dividendes

S’assurer une rentabilité à moyen-long terme, avec des revenus réguliers, n’est pas une stratégie aussi répandue qu’on ne veut bien le croire, surtout dans un système français où le versement des retraites est généralement pris en charge par l’Etat. Pourtant, chaque porteur peut lui-même construire sa propre stratégie en Bourse, afin de s’assurer des revenus réguliers, croissants, dans l’espoir de s’octroyer l’équivalent d’un salaire mensuel après de longues années d’investissement. C’est notamment le cas à travers une stratégie de dividende, certainement plus connue outre-Atlantique. Mais comment cela fonctionne-t-il ?

Principes généraux d’une stratégie de dividende

Derrière chaque stratégie de dividende se cache une vision à moyen/long-terme sur la Bourse. L’idée est simple : accumuler, pendant des dizaines d’années, des actions, généralement défensives et payeuses de dividendes stables (voire en progression constante) et généreux, afin d’atteindre un seuil mensuel équivalent à un salaire. Pour cela, chaque année, l’investisseur consacre une part de ses revenus à un réinvestissement en Bourse, et réinvestit également les dividendes perçus dans de nouvelles actions.

On est bien loin de l’image de l’investisseur spéculateur qui entre et sort d’actions sur des horizons à court-terme, simplement pour profiter d’une plus-value rapide. Cependant, ce qui n’est pas forcément très séduisant à première vue, n’est pas pour autant dénué de tout sens, bien au contraire.

Stratégie de dividende : un exemple numérique

Prenons donc un exemple numérique, avec les données suivantes :
– Un investissement initial de 10 000 euros. Chaque fin d’année, l’investisseur investira 10% de plus (ie 10 000 euros en T0, 10 000 * 1,10 = 11 000 euros en T1, 11 000 * 1,1 = 12 100 euros en T2 etc.)
– Des actions qui augmentent raisonnablement de 1% par an
– Un taux de dividende de 2%, avec des dividendes versés en fin d’année
– Un taux de dividende en croissance de 5% par an

Que se passe-t-il avec une telle stratégie de dividende, après quelques années ?

En T0, le porteur investit 10 000 euros.

En T1, la valeur du portefeuille progresse et monte à 10 000 * 1,01 = 10 100 euros. Le portefeuille paie 10 100 * 0,02 = 202 euros de dividendes. Le porteur remet de sa poche 10 000 * 1,10 = 11 000 euros. La valeur totale du portefeuille est donc de 10 100 + 202 + 11 000 = 21 302 euros.

En T2, la valeur du portefeuille progresse et monte à 21 302 * 1,01 = 21 515 euros. Le portefeuille paie 21 515 * 0,02 * 1,05 = 452 euros. Le porteur remet de sa poche 11 000 * 1,10 = 12 100 euros. La valeur totale du portefeuille est donc de 21 515 + 452 + 12 100 = 34 067 euros.

Et ainsi de suite. En suivant la même progression, à paramètres égaux, la valeur du portefeuille en T20 sera de 919 631 euros, et paierait près de 41 000 euros de dividendes annuels, soit près de 3 420 euros mensuels. Un joli butin, non ? Evidemment, une telle somme perçue à l’avenir est à mettre en relief avec le risque potentiel d’une telle stratégie (rien ne garantit que le portefeuille croîtra de 1% par an, et rien ne dit que l’inflation n’érodera pas les gains potentiels réalisés).

Quelles actions choisir pour une stratégie de dividendes ?

On l’aura remarqué, l’intérêt de cette stratégie de dividende est de reposer sur des actions stables, voire en légère hausse, avec des dividendes moyens/forts et en croissance, parfois qualifiés de « non-cycliques ». Pour cela, les valeurs défensives peuvent s’avérer intéressantes. On privilégiera donc les actions issues de secteurs exposés d’une façon moindre à la conjoncture, avec des cash-flows réguliers, et si possible avec une clientèle captive. Cela peut également se traduire par un Beta, c’est-à-dire une sensibilité par rapport aux mouvements généraux du marché, assez faible, entre 0 et 1.

Des compagnies liées au secteur de l’alimentation, au secteur pharmaceutique, aux infrastructures par exemple peuvent s’avérer intéressantes.

Finance de Marché est un site d’information grand public, ayant pour vocation de partager les connaissances liées aux thématiques financières. Pour en savoir plus, pour des demandes de partenariat ou autre, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Finance, Généraliste | Tags : | 4 commentaires

(4) commentaires

  1. Bonjour, c’est intéressant mais je ne comprends pas bien ce système, le fait de remettre 10 000 euros par an en bourse ok, mais où prenons-nous ces 10 000 euros en plus tout les ans ? Cela représente 833 euros par mois. A moins que ce genre d’investissement ne soit pour des personnes qui ont des revenus assez aisés.
    merci

    • Bonjour,

      Il s’agit avant tout d’un exemple numérique servant à mettre en relief la progression d’un capital, le chiffre retenu aurait très bien pu être 100€ ou 1.000€.

    • Bonjour,

      en fait le calcul est faux car dans les hypothèses vous dites que la personne réinvestit 10% de la somme tous les ans. à T2 ce n’est pas 11 000 euros de plus mais 1000 euros seulement. Sinon c’est 110% qui est réinvestit.
      Du coup au bout de 20 ans on est plus aux alentours des 100 000 euros que des 900 000 euros! c’est certes intéressant mais pas forcément une bonne stratégie sauf si on trouve des actions servant plus de 6% de dividendes. En deça il vaut mieux aller voir ailleurs.

  2. Bonjour,
    Si vous souhaitez en connaître plus sur cette stratégie que jutilise depuis 5 ans, il faut lire seeking alpha site internet dans la rubrique dividend income.
    Des retraités interviennent sur se site us. Comme David van knapp, bob wells. A vous de creuser, j’en ai trop dit!!

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *