Risque de crédit : du risque de marché jusqu’au défaut | Finance de marché

Risque de crédit : du risque de marché jusqu’au défaut

credit-rating

Le risque de crédit est au centre de toutes les attentions des traders obligataires. Celui-ci a un impact direct sur les conditions auxquelles les emprunteurs se refinancent sur les marchés, dans la mesure où il représente la capacité à faire face aux obligations financières. Qu’est-ce que le risque de crédit ? Quelles sont les agences qui permettent de l’évaluer ? Ces dernières donnent-elles des notations figées dans le temps ?

Rique de crédit : d’une perte en valeur jusqu’au défaut

Le risque de crédit d’une obligation englobe deux situations différentes :

– Le risque de voir l’obligation perdre en valeur ou de voir la performance de celle-ci devenir moins bonne que d’autres au regard du rendement affiché ou de sa notation. Il ne s’agit pas nécessairement d’une baisse liée à un défaut potentiel.

– Le risque de défaut, c’est-à-dire le risque de voir l’émetteur devenir incapable de faire face à ses obligations. Ce défaut sera partiel ou total. Une entreprise confrontée à des problèmes de liquidité peut par exemple décider de retarder le paiement des intérêts de ses obligations émises, de se placer sous la loi de protection des faillites afin de geler les paiements effectués en faveur des fournisseurs, ou tout simplement de mettre la clef sous la porte. L’investisseur doit alors estimer l’amplitude potentielle des pertes réalisées en cas de détention des obligations.

Le risque de mauvaise performance de l’obligation peut lui-même revêtir deux situations différentes. D’abord, la simple baisse du prix de l’obligation, qui fait grimper son rendement, que l’on qualifiera de risque lié aux écarts de crédit. D’un autre côté, un risque de révision à la baisse de la notation, soit le risque qu’une agence spécialisée dans l’évaluation de la solvabilité décide d’abaisser la note de l’émetteur. Ces opinions formelles sont données par des agences telles que Moody’s Investor Service, Standard & Poor’s Corporation ou Fitch Ratings, pour les plus connues. Elles communiquent leurs appréciations par le biais de lettres (AAA, AA, A, BBB, etc.) ainsi que de projections (perspectives favorables, perspectives stables, perspectives défavorables), tout en distinguant la dette à court terme de la dette à long terme.

Pour un investisseur, l’analyse du risque crédit d’une entité – une entreprise, une municipalité, un état souverain – implique de passer au peigne fin de nombreux facteurs quantitatifs et qualitatifs passés, présents et futurs. Trois approches sont généralement utilisées pour évaluer le risque de crédit : se fier aux notations de crédit, conduire une analyse crédit traditionnelle, mettre au point un modèle d’évaluation du crédit.

Finance de Marché est un site d’information grand public, ayant pour vocation de partager les connaissances liées aux thématiques financières. Pour en savoir plus, pour des demandes de partenariat ou autre, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Finance, Généraliste | Tags : | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *