Les marchés actions US, rotation vers les actions de valeur | Finance de marché

Les marchés actions US, rotation vers les actions de valeur

03-arbre

Passée quelque peu inaperçue à cause des turbulences sur les marchés depuis l’été dernier (errements du yuan, chute du pétrole), il existe un mouvement de fond caractérisant les marchés actions US : la rotation des actions de croissance vers les actions de valeur. Ces dernières ont commencé à dégager une surperformance notable, alors que les actions de croissance étaient en tête du marché haussier ces sept dernières années. La différence se remarque aisément : depuis février 2016, l’indice Russel 2000 Value surperforme nettement le Russell 2000 Growth.

Une rotation des actions qui s’est faite discrètement

Une telle surperformance n’a pu être observée que deux fois depuis la chute de 2008. Une première fois en février 2008, au début de la seconde hausse générale du marché. Puis au quatrième trimestre 2012, lors du début d’une hausse de deux ans et demi, alors que la crise des dettes souveraines en Europe semblait se calmer.

Sur le long terme, les marchés ont salué la création d’un capital productif, tant que le capital générait un rendement supérieur aux coûts d’emprunt pour le financer. Mais les années post-2008 ont coïncidé avec le début d’une époque à taux extrêmement bas, encourageant les entreprises à financer leur croissance et à le faire à moindre risque. Les entreprises à croissance rapide, les plus gourmandes en capital, ont été des bénéficiaires clefs de cette tendance, et les marchés actions les ont particulièrement surpondérées. Quant aux entreprises issues d’industries plus cycliques, les coûts de production faibles – marquées par un coût du travail stagnant et la fin d’un supercycle des matières premières – leur ont permis de contrebalancer la pression sur leur rentabilité due à une demande plus faible.

Mais les marchés financiers sont connus pour leur imprévisibilité. Tandis que lors de ces périodes, les questionnements devenaient de plus en plus aigus sur la capacité de ces entreprises à se financer éternellement à bas coût, les investisseurs ont décidé de claquer la porte, dès l’été 2015, en se retirant brutalement du marché. Les entreprises qui n’étaient pas en mesure de convertir de manière efficiente leur excès de trésorerie en formation brute de capital fixe se sont retrouvées questionnées, dans la mesure où leur aptitude à fonctionner et croître dans un environnement à taux normaux semblait bien fragile.

Certaines entreprises, pus économes en financement externe, au bilan plus équilibré et aux comptes de résultats dynamiques, qui demeuraient au second plan ces dernières années, ont alors commencé à être favorisées par les marchés.

La rotation des actions de croissance vers les actions de valeur possède donc des racines profondes. Alors que les marchés financiers semblent désormais apprécier les entreprises sous-cotées plutôt que celles cherchant la croissance à tout prix, le mouvement pourrait s’inverser à la moindre secousse sur les marchés. Séparer le bon grain de l’ivraie est un processus que les investisseurs répètent constamment, qu’il s’agisse de comparer les actions de valeur aux actions de croissance, ou comparer les différentes actions de valeur entre elles ou les différentes actions de croissance entre elles.

Finance de Marché est un site d’information grand public, ayant pour vocation de partager les connaissances liées aux thématiques financières. Pour en savoir plus, pour des demandes de partenariat ou autre, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actualités | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *