L’intelligence artificielle effraie les femmes

ai

Après avoir mené une étude et interrogé des femmes de nationalité canadienne, des analystes ont pu déterminer que 30% d’entre elles ont peur de perdre leur travail. Elles estiment que l’intelligence artificielle a fait l’objet de plusieurs améliorations importantes, raison pour laquelle elle pourrait progressivement les remplacer au cours des prochaines années.

Les chiffres varient en fonction des domaines

En fonction des domaines, il existe d’importantes disparités dans le chiffre mentionné ci-dessus. Les domaines dans lesquels les femmes craignent le plus l’intelligence artificielle sont le commerce de proximité, les systèmes d’information et la manufacture (les robots de la nouvelle génération inquiètent respectivement 25%, 30% et 63% de Canadiennes travaillant dans ces secteurs). De leur côté, les femmes qui ont un emploi dans la médecine, l’immobilier, la finance et l’éducation sont généralement sereines.

En plus du secteur d’activité, la question de l’âge soulève aussi des inquiétudes. Pour 15% de personnes interrogées, les femmes âgées de 20 à 35 ans ont de grandes chances de perdre leur emploi à cause de l’intelligence artificielle, 22% que la tranche de 35 à 50 ans sera la plus affectée et 40% pour les femmes proches de la retraite. Par ailleurs, il faut noter que certaines ont affirmé que l’IA ne fera pas de distinction de race, religion ou sexe (en d’autres termes, cela signifie qu’une femme blanche musulmane sera autant concernée qu’un homme noir chrétien).

Une telle situation a fait naitre un sentiment de fatalité. Ainsi, 55% de femmes ont décidé de continuer à aller au travail comme d’habitude, sans prendre en considération ce danger qui plane au-dessus d’elles. Les problèmes du quotidien les préoccupant beaucoup, elles ne veulent pas en rajouter davantage.

Par chance, toutes les femmes ne sont pas du même avis (en particulier les étudiantes). Elles savent qu’elles se lanceront à la recherche d’un emploi dans quelques années et souhaitent mettre toutes les chances de leur côté. Pour cela, 49% d’entre elles ont choisi de suivre des études dans un secteur qui ne sera pas dominé par l’intelligence artificielle.

Une autre astuce pour se mettre à l’abri d’une telle situation consiste à créer sa propre entreprise. Pour celles qui cherchent un nom original, il leur est conseillé d’utiliser un générateur de nom d’entreprise.

Comment est-ce que les femmes comptent lutter contre l’intelligence artificielle ?

Selon 60% des femmes interrogées, 3 atouts principaux leur permettront de concurrencer l’IA : la flexibilité, un esprit créatif et l’aversion au risque. L’intelligence artificielle ne bénéficie pas de tous ces éléments, ce qui permettra ainsi aux Canadiennes de se développer professionnellement.

L’une des analystes de l’étude mentionnée ci-dessus a d’ailleurs tenu à préciser que le goût du risque des femmes est plus développé que certaines personnes ne le pensent. De plus, elles sont également flexibles et dotées d’un important sens de la créativité. Dans une société en perpétuelle évolution, cela joue un rôle majeur aussi bien pour les recruteurs que pour les salariés.

Finance de Marché est un site d’information grand public, ayant pour vocation de partager les connaissances liées aux thématiques financières. Pour en savoir plus, pour des demandes de partenariat ou autre, n'hésitez pas à nous contacter.

Catégories : Actus | Publiez votre commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *